Le site Entreprise Ovale utilise des cookies pour assurer toutes les fonctionnalités, vous offrir une bonne expérience de navigation et nous aider à améliorer le contenu.

Libérez leur potentiel de leaders

le haka des all-blacks

Nombre de chefs d'entreprise aimeraient voir leurs collaborateurs prendre plus d'initiatives et de responsabilités dans l'exécution de leurs tâches. Lors de mes entrevues, combien ne m'ont-ils pas partagé qu'ils manquaient de leaders. 

Et pourtant, il y a beaucoup d'occasion de leadership en entreprise.  Il faut sans doute s'entendre sur la définition de leader pour redécouvrir tous le potentiel enfuit malheureusement dans les entreprises.  

Pour entamer le sujet, je vous propose une petite devinette.

Voici une petite vidéo du célèbre Haka des All-Blacks, équipe de rugby de Nouvelle-Zélande. Les All-Blacks précèdent chacun de leur match de cette danse issue de la tradition Maorie. Regardez la vidéo et trouvez qui est le capitaine de l’équipe.

 

L’avez-vous trouvé ?  Laissez votre réponse dans les commentaires si vous le souhaitez. J’y répondrai.  

Dans les équipes de rugby où j’ai pratiqué, il y avait de nombreux leaders.  Il y avait des leaders pour l’échauffement, pour les exercices de musculation, les interventions en cas de blessures, la coordination des transports vers les terrains où nous devions jouer, sans compter, au combien important, les leaders qui décidaient spontanément en match de la direction à donner au jeu (et qui n’étaient pourtant ni capitaine, ni entraîneur) et  ceux qui assuraient l'animation de l'équipe à la troisième mi-temps (certains même pour des chants ou des bans spécifiques), .

Cet exemple issu du sport est-il applicable à votre milieu professionnel ? Si vous en doutez, n'oubliez pas qu'à l'instar d'autres, ces joueurs sont des professionnels. Plus particulièrement, cette équipe des all-blacks est le cœur d’une entreprise ayant un chiffre d’affaires de 115 M€ en 2019.  Une équipe de sport ne va pas plus de soi qu'une autre équipe.  Elle est le résultat de beaucoup de travail et de temps.  

Plus il y a de leaders, plus l’équipe est forte. Avant de l’expliquer, il est sans doute nécessaire de nous entendre sur le terme.

Quelle définition du leader ?

Les trois dernières fois où j'ai participé à un échange sur la question du leadership, le sujet était abordé par la question « Quelles sont selon vous les qualités d’un leader ? » posée aux participants.  Les résultats étaient composés d'une multitude de réponses. Certains participants, pensant à des leaders de l'humanité citaient la vision, le charisme, le courage.  D'autres, pensant à leur chefs d'équipe, citaient l'engagement, l'exemplarité. D'autres encore parlaient de compétences techniques, d'effacement, de communication.  Toute ces qualités, cumulées, feraient du leader un extraterrestre.  Dans la réalité, chacun donnait des réponses propres à l'image qu'il se faisait personnellement du leader. 

Contrairement à la fonction de dirigeant - quel que soit le nom qu'on lui donne tel chef, manager, directeur, président ou tout autre titre du même genre - dont la légitimité est le résultat d’une position dans l’organisation, la légitimité du leader lui est conférée par d'autres membres de son organisation.

Le leadership est le résultat d’une relation de l'individu aux autres. Le point commun à tous les leaders est d'être créés et soutenus par le regard des autres membres de leur organisation. De manière universelle on pourrait dire que  

Le leader est une personne à laquelle les autres individus de son organisation accordent leur confiance au point de se laisser librement conduire par elle dans le domaine où elle exerce ses compétences.

Cette définition nous amène à plusieurs constatations

  • On peut exercer un leadership à tous les niveaux et dans toutes les activités. Puisque le leader répond aux attentes des autres, les qualités attendues du leader sont très variables.
  • Un leader n'est pas forcément un dirigeant.
  • Un dirigeant doit être un leader.  Cependant les qualités mises en oeuvre ne sont pas universelles.  Nous n'attendons pas les mêmes compétences d'un chef d'équipe que d'un directeur général.
  • Contrairement à ce que l’on fait dans beaucoup d’entreprises, le leadership se développe plus largement si on ne met pas les individus en compétition. En effet, la compétition interne, consciente ou inconsciente entre deux individus (ou plus) divise les autres membres de l’organisation sur les regards qu'ils portent sur l'un et l'autre. Certes, la direction pourra peut-être ainsi faire émerger un leader dont elle fera sans doute un chef, mais combien d’autres leaders aura-t-elle perdu ?

Pourquoi est-il souhaitable d’avoir beaucoup de leaders dans son équipe ?

Tactiques en entreprise

Le succès des entreprises passe par de nouvelles pratiques que stimule naturellement l'organisation transformée. Le sujet vous intéresse? Recevez notre contenu: des idées, des outils, des suggestions de livres, des résultats d'enquête, des invitations
J'ai lu et j'accepte la Politique de confidentialité

Premièrement, la reconnaissance et la confiance que le groupe accorde au leader sont des motivations intrinsèques fortes pour ce dernier. Cela donne du sens à son action et une importance à son rôle dans l’organisation.

Ensuite, un leader n’a pas envie de décevoir. Il cherche toujours à répondre mieux aux attentes du groupe. Ainsi, par exemple, Michel, le leader dans la coordination des transports vers les terrains où nous devions jouer était important pour nous, pour assurer que nous arrivions bien à temps et dans de bonnes circonstances pour nous préparer au match. La place que nous lui accordions sans qu’il n’ait jamais été nommé dans une fonction, lui donnait une importance dans le groupe. Il se trouvait spontanément plus motivé dans son désir de performance comme joueur. Je pourrais vous dire cela de chacun des leaders auxquels je faisais allusion ci-dessus.

La troisième raison résulte d'une caractéristique propre aux structures des entreprises professionnelles traditionnelles.

Si vous dirigez une équipe dans laquelle émerge un seul leader, le risque existe que ce leader se considère comme plus légitime que vous et tente de vous déstabiliser. Il est indispensable que vous soyez assuré de sa loyauté, ce qui implique qu'il vous considère, vous, plus comme son leader que comme son boss.

Si vous avez dans votre équipe, deux leaders qui se sentent ou se mettent en compétition l'un par rapport à l'autre, ils créeront des tensions dans le groupe qui seront dommageables à la performance et au vivre ensemble. Si les deux leaders se respectent en "se maintenant à distance l'un de l'autre" il est probable qu'ils vont chacun créer insidieusement "leur propre organisation". La réponse sera peut-être de formaliser officiellement les deux sous-organisations avec à leur tête un chef. Cela semble résoudre les questions de leadership. Cependant, prise pour cette raison, il est probable que cela conduira aussi à une sous-optimisation de l'usage des ressources d'une part et réduira, de facto, la cohésion de votre équipe d'autre part. Par ailleurs cela n'élimine pas pour autant le risque que l'un ou l'autre se sente alors encore plus légitime que vous.

Empêcher l'émergence de leader n'est pas une solution. Cela reviendrait à empêcher la reconnaissance d'un individu par les autres quel que soit l'individu. Il est probable qu'un dirigeant qui se comporterait comme tel ne serait pas reconnu comme leader.

Ni 0, ni 1 ni 2 leaders donc 3 ? Le mieux est autant que possible, chacun dans l'exercice de compétences particulièrement appréciées. En tant que dirigeant et leader, vous avez cette tâche et pouvoir de les faire émerger. Je vous partagerai dans un prochain article quelques petits trucs que j'ai appris de mes leaders.  Pour l'heure, peut-être pourriez-vous porter votre regard sur chaque membre de votre équipe.  S'il ne vous a jamais paru comme un leader, observez dans quelles compétences (y compris celles qui ne sont pas directement en rapport avec sa fonction) vous lui reconnaîtriez un leadership.